La Métaphore et les catégories ad hoc


No Thumbnail Available
Type
Conference Object
Change log
Authors
Chesters, TG 
Abstract

Très tôt dans la réflexion occidentale sur la métaphore, on a voulu l’associer avec la vivacité d’esprit . Savoir saisir la ressemblance entre deux objets autres, pouvoir identifier uniquement le semblable en écartant instantanément la multitude de qualités dissemblables : tout cela dépend d’une capacité intellectuelle d’improvisation que nous pourrions volontiers qualifier de pensée « ad hoc ». Ainsi Aristote, dans le troisième livre de sa Rhétorique :

Il faut tirer des métaphores d’objets qui soient en rapport, mais qui ne soient pas trop connus. Il faut de même, en philosophie, un esprit très pénétrant [εὐστοχία], pour saisir ce qu’il y a de semblable entre des choses très éloignées l’une de l’autre. C’est ainsi qu’Archytas a dit, « il n’y a pas de différence entre un arbitre et un autel ; car c’est à l’un et à l’autre qu’on a recours dans une injustice. » Il en serait de même si on disait qu’une ancre et une crémaillère sont une même chose ; c’est vrai sous un certain rapport ; mais elles diffèrent en ce que l’une suspend par le haut et l’autre par le bas . .

Deux points sont à relever dans ce passage capital, mais peut-être moins étudié que d’autres, dans l’histoire de la théorisation du comparant.

Description
Keywords
Journal Title
Le Retour du Comparant
Conference Name
Le Retour du Comparant
Journal ISSN
Volume Title
Publisher